Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

Confidence de femmes

Entretien avec Anne – Charlotte VERNEY 

M4W - MOTORSPORT FOR WOMEN

Lors des 24 heures du Mans, nous avons eu l’immense plaisir et le privilège de rencontrer Anne-Charlotte VERNEY, ancienne pilote titrée qui disputa les 24 heures du Mans dix fois et qui fût l’une des femmes les plus rapides. 

Depuis sa tendre enfance, Anne-Charlotte sillonne paddocks et circuits, née dans une famille célèbre, elle a grandit au sein de ce sport. Petite fille de Louis Verney, qui est l’un des fondateurs des 24 Heures du Mans et fille de celui qui a été vice-président de l’Automobile Club de l’Ouest, organisateur des 24 Heures du Mans, il était difficile qu’Anne-Charlotte échappe au sport auto. Pour elle, c’était une évidence de piloter et de pouvoir vivre de l’intérieur les 24 heures du Mans. Native du Mans et faisant partie d’une famille très intégrée dans ce sport, la machine était lancée et Anne-Charlotte s’inscrit à l’école Bugatti, avec une seule idée en tête : Disputer les 24 heures du Mans, un jour. De nombreuses femmes l’avaient déjà fait, alors pourquoi pas elle. Dès 1972, les choses sérieuses commencent et Anne-Charlotte débute les courses, en circuit et en rallye. Les années s’enchainent et c’est en 1974, qu’elle disputera ses toutes premières 24 heures du Mans en équipage mixte. 

Anne-Charlotte, pourquoi vouloir participer à tout prix aux mythiques 24 heures du Mans? Ce fût difficile d’emmener ces autos devant ?

🗣  » Tout d’abord, je me rappelle avoir été surprise par mon père lorsque je suivais les cours de pilotage. Mais je voulais à tout prix piloter, ce qui n’a guère surpris ma famille. Tous les ans, je me disais je veux faire Le Mans, je veux faire Le Mans. Je me devais de m’entrainer pour y parvenir. J’ai évolué dans différents championnats, avec à chaque fois comme objectif de donner le meilleur. Je me suis mise aussi à la musculation, pour avoir la condition physique. Piloter ces voitures demandait de l’énergie. Il faut du mental mais du physique aussi. Et oui, il fallait les tenir les autos (rires). Pour moi, les 24 heures du Mans c’est la plus belle épreuve, où désormais c’est plus une course de GT que de Proto, c’est une course unique. Le GT reste plus facile à prendre en main et je resterais fascinée par l’Endurance. Il faut le vivre pour comprendre chaque moment qu’un pilote peut vivre. Même si j’ai évolué sur tous les circuits du monde entier, notamment où à Daytona en 1983 nous terminons P9, les sensations sont là, mais Le Mans reste Le Mans. Autre anecdote, c’était en 1981, nous avions finit P6 au classement général et deuxième de classe. C’était un très beau week-end de course avec cette Porsche Bi Turbo de 735 CH, il fallait le tenir le volant. Comme je vous le disais, Le Mans est une course incomparable et je garde de bons souvenirs de mes années. J’ai gagné trois fois en catégorie GT, Le Mans et j’espère que de nouveau une femme, vivra cette expérience. « 

Vous étiez surnommée  » La reine de l’endurance  » dû à vos performance, avez-vous tout de même vécu de la misogynie et des difficultés ? 

🗣  » C’était les autres pilotes qui me surnommaient comme cela. Pour tous, j’étais vu comme une pilote et je n’ai pas vécu de misogynie, je ne me laissais pas faire. À vrai dire, je ne faisais pas attention si c’était un homme ou une femme, je désirais avant tout piloter. C’était une autre époque. En 1975, j’ai partagé un volant 100% féminin aux côtés de Corinne TARNAUD et Yvette FONTAINE, au volant d’une Porsche Carrera RS et nous avons passé la ligne mythique d’arrivée des 24 heures du Mans à la onzième place. « 

Au delà des 24 heures du Mans, elle disputa pendant plus de 12 ans le championnat de France de voiture de production, mais elle partit également pendant 10 ans affronter les dunes du Dakar. Depuis 1992, elle a mit un terme à sa carrière, mais elle suit de très près le sport automobile, notamment les 24 heures du Mans où chaque année, elle les vit désormais en spectatrice. Anne-Charlotte n’est jamais bien loin du domaine qui a bercé son enfance. 

Un nom, que l’on oubliera pas de si tôt. Une femme d’une gentillesse et très charismatique. Merci encore, pour ce petit moment à vos côtés Anne-Charlotte durant la course. Les femmes pilotent depuis la nuit des temps et ont su se faire une place dans ce monde masculin. Plutôt motivant de lire un tel parcours. Alors les filles, montrez vos performances en piste, c’est ce qui vous permettra d’avancer!

Stay Tuned! 🏁👩🏻‍💻

Related posts